5 règles d’or pour préparer sa succession 

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


« En France, l’argent, le patrimoine et la mort sont souvent des sujets tabous, pointe Hélène Courtonne, notaire à La Ferté-Macé, dans l’Orne. Autant dire qu’il n’est guère aisé d’envisager sa succession ! » Pourtant, mieux vaut anticiper et la préparer de son vivant, plutôt que de laisser ses héritiers seuls avec leur chagrin, ou risquer qu’un conflit s’immisce dans la fratrie. Expliquer ses intentions, obtenir leur accord et respecter quelques règles : autant de facteurs qui favoriseront la paix familiale.


Au-delà de l’affaire Johnny, l’héritage en question


1. Avec qui parler de mes volontés ?


« Avant d’écrire leur testament, les parents peuvent discuter avec chaque enfant de leurs…

Jacques Arènes : “Dans la fratrie, chacun n’a pas la même part ”

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


Johnny Hallyday, Liliane Bettencourt… Pourquoi les affaires d’héritage suscitent-elles autant de passions ?


Elles réactivent des rivalités fraternelles d’enfance qui sont encore vivantes et brûlantes. Parce que ces questions renvoient très rapidement à l’amour donné. Récemment, je regardais une très belle série israélienne, les Shtisel. Cela se passe dans le milieu orthodoxe. Un homme de mon âge vient de perdre sa très vieille maman et se querelle avec son frère revenu d’Anvers pour l’enterrement parce que l’autre a hérité d’un appartement. Ce n’est pas une question d’argent, car il n’en a pas besoin. Mais ressurgit une souffrance de longue date qui n’a jamais été résolue : le frère aîné, qui est resté à Jérusalem pour s’occuper de sa mère, reçoit moins que le cadet, le préféré, parti en Europe faire du commerce. C’est le syndrome du fils aîné de la parabole du fils prodigue. Ce genre de situation est très courant.



5 règles d’or pour préparer sa succession 

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


« En France, l’argent, le patrimoine et la mort sont souvent des sujets tabous, pointe Hélène Courtonne, notaire à La Ferté-Macé, dans l’Orne. Autant dire qu’il n’est guère aisé d’envisager sa succession ! » Pourtant, mieux vaut anticiper et la préparer de son vivant, plutôt que de laisser ses héritiers seuls avec leur chagrin, ou risquer qu’un conflit s’immisce dans la fratrie. Expliquer ses intentions, obtenir leur accord et respecter quelques règles : autant de facteurs qui favoriseront la paix familiale.


Au-delà de l’affaire Johnny, l’héritage en question


1. Avec qui parler de mes volontés ?


« Avant d’écrire leur testament, les parents peuvent discuter avec chaque enfant de leurs…

Jacques Arènes : “Dans la fratrie, chacun n’a pas la même part ”

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


Johnny Hallyday, Liliane Bettencourt… Pourquoi les affaires d’héritage suscitent-elles autant de passions ?


Elles réactivent des rivalités fraternelles d’enfance qui sont encore vivantes et brûlantes. Parce que ces questions renvoient très rapidement à l’amour donné. Récemment, je regardais une très belle série israélienne, les Shtisel. Cela se passe dans le milieu orthodoxe. Un homme de mon âge vient de perdre sa très vieille maman et se querelle avec son frère revenu d’Anvers pour l’enterrement parce que l’autre a hérité d’un appartement. Ce n’est pas une question d’argent, car il n’en a pas besoin. Mais ressurgit une souffrance de longue date qui n’a jamais été résolue : le frère aîné, qui est resté à Jérusalem pour s’occuper de sa mère, reçoit moins que le cadet, le préféré, parti en Europe faire du commerce. C’est le syndrome du fils aîné de la parabole du fils prodigue. Ce genre de situation est très courant.



L’héritage dans la Bible, toute une histoire 

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


Dans la comédie italienne d’Edoardo Falcone Tout mais pas ça ! un personnage se plonge dans l’Évangile selon saint Matthieu. Il est vite découragé par l’exposé liminaire : « Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d’Abraham : Abraham engendra Isaac ; Isaac engendra Jacob ; Jacob engendra Juda et ses frères ; Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar ; Pharès engendra Esrom ; Esrom engendra Aram… »


La Bible elle-même est une gigantesque histoire de familles, souvent recomposées, et parfois très tordues, ce qui assurément les rend sinon sympathiques, du moins assez proches de nous. Cette succession des générations peut quelquefois nous importuner, comme les souvenirs d’un vieil oncle lors d’un trop long déjeuner de famille. Le poids d’une existence, avec ses joies et ses drames, suffit à remplir le cœur de l’être humain. Pourquoi y…

Jacques Arènes : “Dans la fratrie, chacun n’a pas la même part ”

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


Johnny Hallyday, Liliane Bettencourt… Pourquoi les affaires d’héritage suscitent-elles autant de passions ?


Elles réactivent des rivalités fraternelles d’enfance qui sont encore vivantes et brûlantes. Parce que ces questions renvoient très rapidement à l’amour donné. Récemment, je regardais une très belle série israélienne, les Shtisel. Cela se passe dans le milieu orthodoxe. Un homme de mon âge vient de perdre sa très vieille maman et se querelle avec son frère revenu d’Anvers pour l’enterrement parce que l’autre a hérité d’un appartement. Ce n’est pas une question d’argent, car il n’en a pas besoin. Mais ressurgit une souffrance de longue date qui n’a jamais été résolue : le frère aîné, qui est resté à Jérusalem pour s’occuper de sa mère, reçoit moins que le cadet, le préféré, parti en Europe faire du commerce. C’est le syndrome du fils aîné de la parabole du fils prodigue. Ce genre de situation est très courant.


S’il y a une telle…

Politique familiale : pourquoi le rapport a-t-il fait “pschitt“ ?

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Version imprimable





Désaccord entre les deux co-rapporteurs






Famille : pourquoi Macron revoit sa copie




Un glissement de la politique familiale vers une politique sociale ?





La fin des prestations pour tous entraînerait une économie de 160 millions d’euros. Sur un budget de 12 milliards d’euros pour l’ensemble de la politique familiale, ce n’est pas conséquent.





“Il ne faut pas réduire la politique familiale à une politique sociale“

Donner l’envie de livre

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


Les portes automatiques du bâtiment s’ouvrent sur l’hiver glacial. Une nuée de bambins en gilet fluorescent s’engouffre à l’intérieur. « Oh ! C’est grand ! » s’exclame l’un d’entre eux en tournant la tête de gauche à droite comme s’il ne voulait pas en perdre une miette. Inaugurée en novembre 2015 au Petit Volcan, complexe culturel emblématique du Havre, la bibliothèque Oscar-Niemeyer est impressionnante : 5000 m2 de bois et de béton, des murs colorés et une verrière monumentale, rien n’est trop beau pour stimuler l’appétit de la lecture. Une des marottes de l’ancien maire et actuel Premier ministre Édouard Philippe, qui a lancé dès 2012 le plan Lire au Havre. « L’objectif était de permettre à ceux qui aimaient déjà les livres de vivre plus intensément leur passion et à ceux qui en étaient éloignés de les rencontrer », explique Sandrine Dunoyer, adjointe chargée de la culture, du patrimoine et des relations internationales. Mais on n’attire pas…

5 règles d’or pour préparer sa succession 

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


« En France, l’argent, le patrimoine et la mort sont souvent des sujets tabous, pointe Hélène Courtonne, notaire à La Ferté-Macé, dans l’Orne. Autant dire qu’il n’est guère aisé d’envisager sa succession ! » Pourtant, mieux vaut anticiper et la préparer de son vivant, plutôt que de laisser ses héritiers seuls avec leur chagrin, ou risquer qu’un conflit s’immisce dans la fratrie. Expliquer ses intentions, obtenir leur accord et respecter quelques règles : autant de facteurs qui favoriseront la paix familiale.


Au-delà de l’affaire Johnny, l’héritage en question


1. Avec qui parler de mes volontés ?


« Avant d’écrire leur testament, les parents peuvent discuter avec chaque enfant de leurs…

Au-delà de l’affaire Johnny, l’héritage en question

Standard
  • Partager par Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Envoyer par email
  • Pour imprimer cet article, vous devez être abonné


Johnny Hallyday, une vraie passion française. Après nous avoir offert un grand moment d’union nationale lors de son décès, la rock star alimente un nouveau feuilleton émotionnel. Autour de son héritage de plusieurs dizaines de millions d’euros, ses descendants se déchirent sous nos yeux. Deux clans se font face. Entre Læticia, son épouse, et Laura Smet et David Hallyday, ses enfants, qui récupérera la mise ? Avec une audience le 30 mars portant sur le droit de regard sur l’album posthume et la demande du gel du patrimoine, la bataille judiciaire ne fait que commencer. Elle durera de longues années. En attendant, le sujet alimente les conversations, remplit les colonnes des magazines sur papier glacé et remue chacun dans sa chair et ses tripes, quand il ne déclenche pas des coups de fil au notaire de famille. 


L’héritage est un sujet sensible. Tout le monde a été confronté de près ou de loin à ce moment solennel devant le notaire. Avec son lot…